Tour du lac, deuxième de l’été!

C’est donc ce mercredi matin que j’ai fait mon deuxième tour du lac de l’été. Le premier avait été mon vol le plus long en carrière. Celui-ci serait plus court: pas besoin d’aller jusqu’à Lamarche et pas de détour non plus par St-Honoré.

C’est donc un départ vers Dolbeau, pour y faire le traditionnel posé-décollé. Que voulez-vous? Je dois bien pratiquer mes atterrissages un peu. En approchant de l’aéroport de Dolbeau, j’explique à mes passagers qu’en dehors des aéroports importants, il est tout à fait légal de voler sans communiquer par radio avec qui que ce soit. J’insiste sur le fait qu’il est important de regarder à l’extérieur et de vérifier pour tout autre appareil qui pourrait se diriger vers nous. C’est à ce moment que j’aperçois un avion aux alentours de l’aéroport. Plus on se rapproche et plus on voit que l’avion est imposant. Finalement, je reconnais l’appareil: un otter sur flottes qui se prépare à amerrir sur la rivière Ticouapé. On a pu suivre son approche, étant 1000 pieds plus haut. C’est très impressionnant de voir un appareil si gros évoluer si près de la cime des arbres. Sur la remontée, après notre posé-décollé, nous l’avons à nouveau survolé alors qu’il approchait du quai improvisé, près des bleuetières entourant l’aéroport.

Nous nous sommes ensuite dirigés vers Péribonka, survolant les bleuetières et les tourbières de Vauvert. Le village de Péribonka est le lieu de départ de la traversée du Lac St-Jean à la nage. À 3000 pied d’altitude, on peut bien voir l’énorme distance que les nageurs doivent parcourir pour se rendre à Roberval. C’est impressionnant.

Après avoir volé pendant quelques moments dans les zones d’entraînement de St-Honoré, nous avons changé de fréquence pour celle d’Alma, où nous avons annoncé nos intentions de faire un tour de ville à 2500 pieds. Nous avons survolé la résidence d’un membre de la famille de mes passagers et ensuite l’aluminerie de Rio Tinto.

Nous avons finalement pris la direction de St-Gédéon afin de retourner à Roberval. C’est à ce moment que j’ai offert à mon jeune passager de prendre les commandes quelques instants. Il a accepté et a mené le vol pendant un bon moment jusqu’à Chambord. Rendu à cet endroit, nous avons survolé leurs maison et leur chalet. En partant de Chambord, nous avons communiqué avec Rouyn Radio alors qu’un Cessna 310 atterrissait. Nous avons intégré une longue finale pour la piste 34. Après l’atterrissage, nous avons dû attendre au pompes à carburant que le Cessna 310 finisse de remplir ses réservoirs. J’aime beaucoup mieux ma consommation de 8 gallons par heure que la sienne. D’un autre côté, un bimoteur comme le Cessna 310 offre de nombreux avantages comme une capacité supérieure et une vitesse de croisière du double de celle du Cherokee. Ah, il est toujours permis de rêver!

Distance totale: 103.82 NM
Altitude maximum: 2720 ft
Vitesse moyenne: 86.42 knots
Durée totale: 01:18:50

Quartier de Chambord

Image 13 parmi 13

À la gauche, on peut voir une partie du terrain de golf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *