Pas vraiment un vol, mais bien assis dans un cockpit quand même

Nous sommes allés, ma blonde, mes parents, mon filleul et moi-même à un rendez-vous aérien à Sherbrooke en fin de semaine dernière. Chaque année, depuis 5 ans, je vais aux « Faucheurs de marguerites », une activité organisée par des pilotes et des constructeurs amateurs de l’Estrie. Ils invitent alors tous les aimants de l’aviation à déambuler au travers des avions, à visiter les exposants dans le hangar et à assister à des conférences ayant pour thème l’aviation.

Cette année était particulière car c’est la première fois que mon filleul m’y accompagnait. Ce fût l’occasion d’essayer avec lui un simulateur de Beech Baron qu’un passionné d’aviation de Magog a construit. La construction est impressionnante. Les détails sont nombreux et la planche du tableau de bord est très bien reproduite. Les volants reliés ensemble et bougeant à l’unisson ajoute au réalisme. Des détails comme un interrupteur de train d’atterrissage se verrouillant au-delà de 120 noeuds prouvent la minutie et la recherche qui a été nécessaire à la réalisation d’un tel simulateur. Malgré la mauvaise météo simulée, je n’ai pas eu à utiliser les radios et les navaids, mais je suis convaincu que comme le reste, ils étaient fidèlement reproduits.

Somme toute, un impressionnant simulateur que j’aimerais bien avoir chez moi pour voler les jours où il fait mauvais, pour quand je n’ai pas le temps de me rendre à Roberval ou pour les vols que j’aimerais pratiquer avant de les faire pour vrai.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *