Pratique de vol aux instruments

Aujourd’hui a commencé ma formation pour le vol de nuit. Pour obtenir cet ajout à la licence de pilote, il faut effectuer 5 heures de vol aux instruments en double commande (avec un instructeur), 5 heures de nuit en double et 5 heures en solo.

Donc, je suis retourner voler dans un Cessna 172, chose que je n’avait pas faite depuis plus 2 ans. Les réflexes sont revenus quand même rapidement. Après le décollage, j’ai mis la casquette:

IFR Hood

Ceci permettant de ne voir que ce qui se passe sur les instruments, sans pouvoir voir l’extérieur. Après avoir volé quelques moments en palier, puis m’avoir fait faire quelques virages, l’instructeur m’a offert de me guider pour faire une approche ou deux, comme si un contrôleur me donnait des vecteurs. Disons que plus on s’approche du sol, plus ça devient stressant. J’ai quand même réussi au delà de nos attentes à amener l’avion, selon ses consignes, en finale. Au dernier moment, sur la deuxième approche, il m’a enlevé la casquette et j’ai manœuvré pour poser l’appareil sur la piste.

Après avoir regardé l’heure, je me suis rendu compte que le vol avait duré 1 heure 20 minutes, alors que je croyais que nous étions décollés à peine 30 minutes plus tôt.

J’ai déjà hâte au prochain vol.

Distance totale: 111.5 NM
Altitude maximum: 5413 ft
Vitesse moyenne: 88.35 knots
Durée totale: 01:20:16

Auto-détection des disques durs ESata dans Ubuntu

J’avais à faire des tests SMART sur de vieux disques durs. En branchant une docking station USB, cette option était indisponible. La docking station pouvait également se brancher via un câble eSata. Malheureusement, les disques durs n’apparaissaient pas dans le syslog ni dans le gestionnaire de disques. Pour détecter les disques durs Sata et eSata nouvellement branchés, il faut:

  1. Installer les utilitaires scsi:
    sudo apt-get install scsitools
  2. Utiliser la commande:
    sudo rescan-scsi-bus

Le nouveau disque dur sera alors détecté et accessible.

Déchargeur de batteries

Dernièrement, mes batteries de caméras numériques (BP-511A de Canon) se sont toutes mises à me donner du trouble. Je les charge, puis je les place dans la caméra et elles ne fonctionnent alors que 5 minutes. Très fâchant lorsqu’on veut prendre des photos d’actions (spectacle aérien) ou lorsqu’on fait du studio (pas très professionnel).

Les batteries Canon d’origine de ce modèle ne sont plus vraiment disponibles et de toute façon, étaient très dispendieuses. Il ne me reste plus qu’à me tourner vers les « copies chinoises », mais en valent-elles vraiment la peine. Laquelle est la meilleure? Il me faut donc une mesure précise de la capacité des batteries.

Je me suis donc mis à la recherche d’un déchargeur de batteries et j’ai trouvé quelqu’un qui avait eu la même idée, mais pour un autre sorte de batterie. Je me suis librement inspiré de son circuit et de son programme pour créer mon propre déchargeur de batterie.

J’ai commencé par vider les entrailles d’un chargeur chinois à 5$. Ainsi, j’avais accès à un boîtier pour y placer mon électronique et aussi un système éprouvé de contact avec la batterie. Je voulais que l’utilisation de mon déchargeur soit la plus aisée possible. J’en ai profité pour enlever la fiche 120V, afin d’éviter toute confusion sur la nature du chargeur. J’ai ensuite fait deux ouvertures dans lesquelles les résistances seront placées et qui permettront de les refroidir. Celles que j’avais sous la main étant des 27ohm, elles devraient dissiper 2 watt chacune.

Ensuite, j’ai modifié le circuit pour l’adapter au matériel disponible chez moi. Je n’avais pas de MOSFET de puissance. J’ai donc opté pour une paire de 2N7000 en parallèle pour chaque résistance. L’arduino que j’avais sous la main était un mini pro acheté chez Sparkfun lors d’une vente à l’occasion de la journée de l’Arduino. J’ai aussi jonglé avec l’idée d’interfacer le circuit de communication série avec un MAX232, mais ayant un interface FTDI 5V sous la main, j’ai décidé d’opter pour la facilité, encore un fois. Ceci permet de brancher le déchargeur directement à l’aide du câble USB et à celui-ci d’apparaître comme un port série à l’ordinateur.

Vous pouvez consulter les fichiers de code source et le schéma du circuit dans mon dépôt github. Vous y trouverez aussi le manuel d’opération.